mercredi 9 avril 2014

Mes dépouillements et indexations.


L'illustration n'est pas à jour ! 69 685 index sont renseignés ! 

    • Elles trouvent de plus en plus souvent leur cible. 


Availles en Chatellerault :
  •  Etat Civil, il est disponible sur GE86 et le Cercle Généalogique Poitevin. J'ai modestement dépouillé le XIXème à mes débuts. 
  • Recensements : J'ai commencé à indexer en ligne dès le début de la mise à disposition de l'outil par les AD86. J'ai bien avancé l'affaire. L'outil en ligne est facile d'utilisation, la saisie est agréable. Je suis partie avec l'idée de terminer le travail. Mais en chemin, j'ai eu envie de dépouiller ces indexations... 
  •  la généalogie du village d'Availles, à partir des recensements que j'avais indexés sur les AD. Faire et refaire c'est toujours travailler. En complétant tout ça avec mes relevés d'état civil. C'est un travail de dingue, mais c'est très amusant, à condition de ne pas faire que ça. 
Bonnes recherches à tous !












mardi 8 avril 2014

C'est deux aquabonistes... Echo à Chroniques d'Antan et d'Ailleurs.



C’est un aquoiboniste,  un modeste généalogiste, Qui dit toujours à quoi bon A quoi bon…

Lecture attentive du billet de Brigitte qui s’intéresse au dépouillement et à l’indexation. Plusieurs étapes de son analyse pertinente, retiennent mon attention et m’amènent à  reprendre ici ce que nous avons eu le plaisir d’échanger de vive voix pendant son séjour dans notre douce province.



Un aquoiboniste Un peu trop idéaliste Qui répèt´ sur tous les tons A quoi bon

Dépouiller, indexer, un vrai chemin de croix ! Brigitte nous rappelle les Mormons et leur gargantuesque indexation.  Ils sont 100 000 sur le recensement américain. Ok, facile ! Rien de tel que les foudres du ciel pour fédérer les énergies ! Salut et Fraternité à eux. Indexant depuis maintenant plus de dix ans, j’aurais surement fait une bonne brebis, mais si j’ai mon mot à dire, dans ce monde de loups, je préférerais qu’on m’évite ainsi qu’à ma noble ascendance anti-cléricale tout baptême, même collectif !  
Pour moi les seuls gardiens du Temple sont les Archives Publiques ! 

C’est un aquoiboniste, Un modeste généalogiste, Qui n´est jamais dans le ton, A quoi bon...

Dépouiller, indexer, mais à ma façon. C’est aussi l’option de Brigitte. Et pourtant nous ne sommes pas cousines ! Ce n'est ni un style, ni une coquetterie, ni une distance, mais une manière d’indépendance, une façon de ne pas rentrer dans les cases tout en les remplissant. C’est tout sauf du don de soi, car c’est indexer à son rythme, se donner la liberté d’abandonner, de courir plusieurs lièvres à la fois tout en gardant plusieurs  idées derrière la tête. 

Un aquoiboniste Qui s´fout de tout et persiste A dire j´veux bien mais au fond A quoi bon...


Dépouiller, indexer, pour une réutilisation personnelle de son travail : ce qui amène à créer, fabriquer ou tordre les outils, mais rarement à utiliser ceux des autres, avec lesquels on se sent gauches. C’est la principale et première raison qui amène à travailler dans l’individualité. L'aquaboniste indexeur bosse sur Excell, car la saisie est rapide et l'indexeur est pressé.. de dépouiller ! A Généanet, aux logiciels de généalogie de nous aider à mettre ces tableaux facilement en ligne pour toucher le plus de monde possible ! En attendant on bidouille par ci par !
Un aquoiboniste Qu´a pas besoin d´oculiste Pour voir la merde du monde A quoi bon
Dépouiller, indexer, pour une mise à disposition sans limite. Une manière d’archives publiques. Pourquoi en individuel, quand on joue collectif ? Parce que le monde est cruel et que chacun y tire la couverture. Les associations, les clubs, les sociétés savantes, dont la multiplicité est salutaire, vivifiante, entretiennent trop souvent des rivalités sidérantes, des compétitions incompréhensibles. Devoir choisir entre l’un ou l’autre, pourquoi ? La généalogie n’est-elle pas un loisir, tout simplement ? 

Un aquoiboniste Un drôl´ de je m´enfoutiste Qui dit à tort à raison A quoi bon

Dépouiller, indexer et espérer un retour. A défaut de salut, le dépouilleur bénévole à la française, cherche un retour sur investissement. Il n’a rien à vendre, donc rien à gagner. Il n’a pas d’ambition d’édition, il est trop vieux pour chercher du boulot, il n'a pas envie d'être calife à la place du calife, il n'a pas de manuscrit secret, même pas de pub sur son blog, il gratte gratos, il photographie gratos. Pour autant, il n'aime pas qu'on le prenne pour une pomme, mais il plane dès que son travail est utile et qu’on lui dit. Il a donné des nuits, il a noyé des douleurs, des insomnies, des solitudes, alors de temps en temps il aime qu’on lui pose une bise sur le front !

Un aquaboniste, qui vous dit le regard triste, toi je t'aime, les autres...



A suivre, Dépouillement et Indexation de mes dépouillements et indexations...



Itinéraire d'un ouragan ! Echo à Degrés de Parenté.



Dominique me donne ce matin l'opportunité d'illustrer par l'exemple mes cogitations du billet suivant qui répondra aux passionnantes réflexions de Brigitte.
Commençons donc par l'exemple.
Dominique a déniché une pépite. Un bel ouragan à Thouars en 1751. Elle nous raconte à sa manière, cette nuit particulière du 14 au 15 Mars qui vit aussi naitre le p'tit Pierre JOUBERT. J'aime quand Dominique raconte ses histoires, son style me touche.

Archive Insolite ? Vous avez dit Archive Insolite ? Dans ma p'tit tête depuis l'temps, j'ai une circonvolution rien que pour ça. J'adore ça. Je ne suis jamais allée à la messe, mais j'aurais fait une bonne paroissienne,  j'arrête pas de lire les curés du Poitou ! Ils me régalent.
Direction ma base d'archives insolites.
Catégorie : Ouragans
Date : 1751
Villages : Angliers et la Chapelle Moulière.
En route !
AD 86, Angliers, BMS 1749/1754 page 23/48

 Angliers, le curé raconte : 
La même nuit venant au dit jour depuis minuit jusqu'au matin 
il a fait un vent si violent et si terrible qu'il a fait trembler 
les personnes les plus hardies, a découvert et renversé un grand 
nombre de maisons, a arraché , renversé et ébranlé presque tous 
les ormes des avenues d'angliers, et aussi presque tous les autres 
arbres, noyers, fruitiers, et autres ; de sorte que l'on croyait que 
tout devait périr tout d'un coup. Le même malheur est arrivé 
dans les autres endroits. 
Cet ouragan était accompagné d'un tremblement de terre, de 
tonnerres et d'éclairs, joint à celà, une grande inondation d'eaux 
non pas pendant l'ouragan, mais avant, et après, et aussi la lune 
paraissait toute en feu. on a redressé une partie des noyers et des 
autres arbres fruitiers qui ont résisté en partie. 

A Angliers, c'est la p'tite Magdeleine, la fille de René CLERC et Magdeleine GAILLARD, qui est née en pleine tempête ! Baptisée en coup d'vent le même jour. 

----------------

AD 86, La Chapelle Moulière, BMS 1740/1756 page 87/138

A la Chapelle-Moulière le curé raconte l'ouragan mais bien plus ! 
Au mois d'avril 1751 les habitants de la paroisse 
de Latillé tuèrent deux bêtes ressemblants à un 
loup qui mangeaient les hommes, elles furent 
conduites à l'intendance et on donnait six sols 
pour les voir. 
La nuit du 15 février il fit un vent et un 
ouragan si impétueux que tous les hommes les 
plus rassurés tremblaient, il renversa plusieurs 
maisons, et plusieurs arbres. 
depuis le jour de la toussaint 1750 jusqu'au jour 
de la pentecôte 1751 il tomba toujours de l'eau 
avec des vents et des orages continuels à peine 
sema-t-on les bleds. 
Le bled froment s'est vendu 34l le boisseau à la 
pentecôte mesure de chatellerault et l'autre bled à 
proportion. lavoine 12 l le boisseau. 
au mois de septembre 1751 le froment s'est vendu 
2 ? 8 à chatellerault. 
Monseigneur le duc de Bourgonne est né au mois 
de septembre 1751. 
Le second bateau de l'icotière a été mis sur la rivière 
le 13 9bre 1751. 
A la naissance de monseigneur le duc de bourgonne le roy 
a dotté en mariage douze filles dans toute les villes 
royales, et il leur a fait donné à chacune 300?? 
Ce fut monseigneur levêque de poitiers qui épousa 
les douze de poitiers dans leglise de la pierre levée 
repas fut fait à l'intendance au mois de novembre 1751. 
la dernière nuit du mois de 9bre il fit un grand vent 
avec de grands tonnairs tous les hommes tremblaient mais ils 
n'eurent point de mal. 
Le jubilé de l'année sainte commença au 
mois d'aout et se termina au dernier décembre 
en suivant. 
le dernier jour de l'année 1751 ont été plantés 
les noyers qui sont le long du grand chemin 
au bas de la vigne de la Cure et du cabinet. 
le même jour ont été plantés les noisetiers qui 
forment le cabinet dans la cour de la cure 
au mois d'octobre 1751 monsieur le duc de Richelieu 
maréchal de france fut exilé à son chateau de 
Richelieu. 
Dom Colme? a été nommé à l'abbaye royalle de 
montierneuf de poitiers au mois de novembre 1751. 
à la fin de l'année 1751, le bled froment vallait 
2 ?10 l . Beaucoup de pauvres et de volleurs. 
le cabinet qui est au bout de l'allée de la vigne 
de la cure a été fait et planté les buis 
et les noisetiers le dernier jour de l'année 1751. 

Concentrons-nous sur l'ouragan. Je soupçonne le curé d'étourderie. Il fait le bilan d'une sacrée année, le temps a sans doute brouillé les dates. 
Cet ouragan du 15 Février a eu lieu, à mon humble avis, le 15 Mars ! 
Impossible de le vérifier sur le second registre, il n'est pas mentionné. 
Pas de naissance ce jour-là. 
------------
Voilà, c'est tout et c'est déjà beaucoup. 
Il y a des matins chagrins, aquoibonistes, faiseurs de plaisantristes, et puis il y a des matins où le vent se lève et où je le laisse m'emmener où bon lui semble. 
--------------
Dominique est une récidiviste, pendant le challengeAZ déjà, elle nous avait régalé sur le même ton avec le T ou avec le I, voire avec le F. 
Dominique !  A quand une petite base d'Archives Insolites, pour passer du conte à l'indexation et revenir au conte ? 
----------------
A bientôt. 

jeudi 27 mars 2014

Pourquoi j'ai créé mes blogs de #généalogie ? Fête de l'internet.

C'est la fête de l'internet. 
Bof. 
On se demande s'il y a vraiment de quoi se réjouir...
 Internet, son monde impitoyable, addictif, procrastinateur, plaggieur, glouton, bavard et si souvent tarte, qui élève, en quelques secondes, la c...  à l'échelle planétaire. 
M'enfin...

Jouons l'jeu. 
Dans ce monde là, le blog est peut-être le meilleur du pire. 


Pourquoi j'ai créé mes blogs de généalogie ? 
Je fais de la généalogie depuis 2003. Plus de dix ans !
Saperlipopette ! 
Mais j'avais un blog de généalogie avant de faire de la généalogie.
 Ben oui !

 Enfin ce n'était pas un blog mais un forum. Le forum de la Godardière, créé au décours des premières cousinades. 


Ben oui ! 
J'ai fait des cousinades avant de faire de la généalogie ! Cousinades qui réunissent les descendants de Papi Cigare. C'est modeste certes, mais ça marche et ça se poursuit tous les ans depuis. 4 générations réunies à la dernière assemblée. Modeste : nous étions une trentaine, nous sommes presque une cinquantaine,



 chez moi, à Prinçay. 
Je suis fière de ça. J'y tiens. 
Le forum, (bidouillé par Guillaume mon n'veu), était fait pour garder le fil, d'une cousinade à l'autre. 
Garder l'fil pour garder l'sourire ! 
Garder le fil : entre les générations, entre ces cousins qui grandissaient et que nous n'emmenions plus faire 

de châteaux de sable 
et qui prenaient le large, loin sur cette planète qui est leur village. 


Garder l'fil : pour partager les photos d'aujourd'hui et d'hier.



Garde l'fil : pour se soutenir dans les coups durs. 


Garder l'fil : pour s'écrire des poèmes aux anniversaires. 


Garder l'fil : pour voir pleurer les vieux devant tant de poèmes d'anniversaire. 


Garder l'fil : pour commenter les photos anciennes. 


Les documents anciens...


Un jour Benoist (mon n'veu) a dit : 
On n'y comprend plus rien, il faut faire un arbre généalogique. 
Ben oui ! 
Saperlipopette ! C'est même pas moi qui ai eu l'idée de la généalogie ! 
Cest Benoist, mon n'veu ! 


C'était parti. Une feuille de papier, puis deux, puis une très, très grande feuille de papier, puis Ancestrologie et le forum, raconter, faire vivre ces découvertes, ces pages tournées de village en village, avant la mise en ligne des archives ! 
J'ai une famille formidable, j'ai eu plein d'encouragements autour de toutes mes découvertes. 
Petit à petit, je me suis sentie à l'étroit dans cet espace privé. Pas lâchée, comme certains ici ou là le disent, mais à l'étroit. 


J'ai ouvert Lulu Sorcière, ses p'tits délires, ses émotions, son JDD, ses lecteurs de la première heure ! 
Tout en surveillant le bourguignon, on a papoté, pleuré, rit, photographié, ralé...

Nous nous sommes tant aimés...


 Et moi j'ai de plus en plus archivé, enquêté....


Tant et si bien que j'ai fini par ouvrir Lulu Archive ! 


Et puis Lulu Matern'Elles,
 et puis Lulu Availles, et puis Lulu Cora et puis les p''tites bases de crimes et d'archives insolites.
  C'est comme ça, de temps en temps, je range. 
J'aime bien mettre la pagaille, et ensuite...

 Ranger. Trier. Archiver.

Je me suis fait un peu happer par le sujet, mais je dormais peu. 
J'ai un peu délaissé Lulu Sorcière, le blog du présent 


 Heureusement que les piliers du JDD sont là pour me rappeler à l'ordre, m'épauler ! 


Les filles et Tonton, à table ! 
C'est dimanche ! 

  
Le mal guérit par le mal, on dirait une potion du curé d'Angliers. 
C'est la généalogie descendante et les p'tites pousses qui courent dans mon jardin, qui me ramènent au présent, aux p'tits bonheurs. Ici un tricot, là un livre pour enfants, là une vieille comptine, là une recette de gâteau, et une envie de partager de nouveau, un peu plus de tout ça. 


 Et de temps en temps une petite histoire au détour d'un chemin, devant l'entrée d'un souterrain... Une petite main dans la mienne, libérée depuis belle lulurette de mes racines et de celles des autres, je retrouve, le fil conducteur de ma vie : 


le plaisir des mots, simplement. 

------------------
Je dois, pour jouer le jeu jusqu'au bout,
 dédier ce billet à un blog de généalogie. 
Je n'ai pas besoin de chercher, 
c'est une évidence, 
je le dédie à Odile. 
Odile Vaunois, que je connais depuis 15 ans à travers la toile. 
Odile qui fut la première sur la toile à me lire, avant les blogs, avant facebook, avant les forums, sur les listes de discussion. 
Odile, unique rencontre de la toile, pour qui je fus Gloria avant Lulu. 
Odile qui dans cet anonymat sorcier, sut plus tard, bien plus tard,
me retrouver, rien qu'à mes mots. 
Des mots, comme une voix. 
Faut avoir l'oreille. 
Odile qui aime mêler le présent au passé.
Odile qui touche en peu de mots.
Odile que j'aime lire. 
Odile avec qui je partage tant de racines souterraines. 
Odile qui n'est jamais loin. 


Odile et notre temps des cerises, car finalement, plus souvent qu'on ne le croit,
 internet sait se faire fête. 



dimanche 23 mars 2014

Revue de Web du dimanche 23 Mars 2014


Bon dimanche à tous ! 

mercredi 12 mars 2014

A vos Agendas - CCHA - Conférence "Mémoire des Hommes" - Sylvain LEBRETON - 15 Mars - Châtellerault.


Claudine Pauly, présidente,
et les membres du Conseil d'Administration du CCHA
ont le plaisir de vous inviter à la conférence de

 Monsieur Sylvain Lebreton,
 chef du département des Archives de l'armement, 
chef du projet "Mémoire des Hommes"(2000-2004)
"Mémoire des Hommes" un site internet à la mémoire des combattants. 

Le Samedi 15 Mars 2014 à 16H Salle du Verger à Chatellerault. 

Le site "Mémoire des Hommes" un incontournable !
Particulièrement riche et accessible, vous y trouverez une multitude de documents sur les conflits du passé.

Concernant la Première Guerre Mondiale  :

  • les 1 300 000 fiches individuelles des soldats morts pour la France lors de ce conflit. 
  • Le catalogue des historiques régimentaires
  • Les journaux des Unités engagées
  • La base des sépultures de guerre
  • Base de données des personnels de l'aéronautique militaire

Mémoire des Hommes, c'est aussi une indexation collaborative à la portée de tous. Répertorier les morts pour la France de son village, de sa famille,  afin de contribuer chacun à sa mesure à la mémoire, c'est  possible et à la portée de chacun !
Une conférence qui s'annonce passionnante ! Venez nombreux ! 


dimanche 9 mars 2014

Revue de Web du dimanche 9 Mars 2014



Ici, temps splendide, les chaises longues sont de sortie ! On en profite pour reprendre la lecture sur papier avec le dernier Herage du Cercle Généalogique Poitevin . Il nous parle, entre autres sujets passionnants, de la numérisation des archives notariales incommunicables, un projet en partenariat avec les AD86 qui avance à vive allure. Le CGP cherche des bénévoles pour mettre le turbo et terminer le travail pour le congrès de 2015 à Poitiers ! Le CGP cherche des bénévoles ! 

Bon dimanche ! 

mardi 4 mars 2014

Dossier de Presse - Du mariage jubilatoire au mariage à la Gaumine ! 1668- Oyré.


Dans Centre Presse, le 20 Février 2014,  vous avez pu lire :



Mariage Jubilatoire ou la Saint Valentin des archives à Oyré !
Il  n’est pas toujours facile de mettre un point final sur les i de clandestinité. Avant l’avènement des communiqués de presse people, les occasions étaient rares d’officialiser les douceurs d’une alcôve clandestine. La religion imposait ses dogmes infranchissables ! Infranchissables ? A l’exception des jours de Jubilé ! Car Jubilé rime avec pardonné !  Une opportunité dont se réjouissaient aussi les amoureux en mal de légitimité !
Ainsi le 7 avril 1668, Maitre René Thénault, de la paroisse d’Oyré,  profita-t-il des fêtes données en l’honneur du Jubilé du Pape Clément IX pour officialiser l’union qu’il partageait avec Louise Durand depuis déjà quatorze ans ! L’histoire ne dit pas s’ils eurent des enfants et combien. L’ajout, après réflexion, de la mention « mariage clandestin » par le curé d’Oyré, nous en dit plus sur l’origine de cette régularisation : même si l’acte de mariage ne fait mention ni d’abjuration ni de conversion, nos épousés étaient probablement protestants.  Qu’il soit un notable de la paroisse n’épargnera pas à Maitre Thénault d’argumenter son dossier. Période de pardon et de conversion, le Jubilé est l’occasion d’ « indulgences partielles ou plénières » qui demandent quelques efforts spirituels : faire de manière publique quelques pénitences (jeûne, pèlerinage), prier, se confesser, offrir  généreusement quelques dons. A ces seules conditions, sera offerte à notre Valentin pêcheur,  l’occasion de rendre officielle et honorable une situation pour le moins embarrassante, voire dangereuse. L’évènement solennel restera très encadré comme en témoignent la présence d’André Boulé du couvent des Cordeliers et Maitre Jacques Brandin étudiant en théologie. A Charroux, à Couhé, 1668 rime également avec conversion au catholicisme. Le curé de Jaunay-Clan nous apprend qu’un autre Jubilé débuta en 1724, le premier dimanche de l’avent dans les villes mais le second dans les campagnes !
Le premier Jubilé du christianisme fut décrété en 1300 par le pape Boniface VIII, au rythme d’un par siècle,  l’intervalle se réduisit de pape en pape et à partir de 1400 le jubilé eut lieu tous les 25 ans. A ces festivités programmées, s’ajoutent quelques  années saintes extraordinaires. Clément IX, jésuite, fut pape de 1667 à 1669.  Homme de lettres, il fit construire le premier opéra de Rome. En 1668, il fut médiateur lors du Traité d’Aix-la-Chapelle mettant fin à la guerre de dévolution, premier conflit du jeune roi Louis XIV qui dut rendre à l’Espagne la Franche-Comté mais garda la Flandre conquise par Turenne.


1668 ne fut pas une «année sainte extraordinaire » au sens religieux du terme… Mais, exceptionnelle, elle le fut sans aucun doute, pour René et Louise, les vieux amants d’Oyré!


Monsieur Augustin, Professeur Emérite de droit à l'Université de Poitiers nous fait l'honneur et la gentillesse d'une réponse documentée, parue le mercredi suivant dans Centre Prese. Il pourrait bien s'agir d'un mariage à la Gaumine ! 

L’acte découvert par Mme Gloria Godard dans les registres paroissiaux d’Oyré en avril 1668 n’est pas forcément la régularisation d’un mariage clandestin de protestants. Depuis l’édit de Nantes en 1598 jusqu’à sa révocation en 1685, les pasteurs protestants ont tenu leurs propres registres et y ont inscrits les mariages célébrés officiellement en leur présence. C’est seulement après l’édit de révocation que, la religion réformée n’ayant plus d’existence légale dans le royaume, les protestants sont tenus de se marier devant le curé qui enregistre la célébration dans son registre paroissial. Cet acte paraît être beaucoup plus la régularisation de ce qu’on appelait un « mariage à la Gaumine » du nom de Gilbert Gaumin qui en inventa le procédé. Le concile de Trente et la législation royale exigeaient que l’accord des époux se fasse avec un minimum de solennité, en présence du curé de la paroisse et de deux témoins. Gaumin imagina de tourner la loi en faisant enregistrer son mariage par deux notaires, puis en se présentant avec son épouse, muni de l’acte, devant le curé de la paroisse. Ainsi l’exigence de la publicité, de la présence des témoins et de celle du curé était accomplie. Ces mariages à la Gaumine se multiplièrent, mais ils furent interdits par un arrêt du Parlement de Paris en 1692 et la bénédiction du mariage par le curé devint obligatoire pour sa validité.
Maître Thénault, en 1668, a sans doute voulu régulariser auprès du curé d’Oyré un mariage que jusqu’ici l’Église considérait comme clandestin pour ne pas avoir revêtu toutes les formes canoniques requises. Il a profité d’un jubilé pour l’obtenir, mais de quel jubilé s’agit-il ? Ce n’est certainement pas une Année sainte. Au XVIIe siècle, elles ont lieu tous les 25 ans, l’une en 1650 et il faut attendre 1675 pour la suivante. Il n’y en a pas en 1668. En revanche, l’année 1667-1668 est celle de l’avènement de Clément IX, élu le 20 juin 1667, et il était habituel qu’à cette occasion le pape accorde des indulgences en forme de jubilé. En vertu de cette décision pontificale, les confesseurs recevaient le droit d’absoudre tous les péchés durant l’année jubilaire, même ceux qui relevaient habituellement des évêques et des supérieurs ecclésiastiques. Maître Thénault qui était considéré comme vivant en concubinage depuis quatorze ans a été ainsi absous du péché de fornication et son union a pu être reconnue par l‘Église.
Jean-Marie Augustin,
professeur émérite d’histoire du droit, Université de Poitiers


Alors ? Fornication repentie ou religion convertie ? J'ai au catalogue des archives insolites, quelques convertis avec la date fatidique de 1685. J'ai rapidement cherché autour de ce mariage des baptèmes, mais je n'ai rien trouvé !
La question n'est pas restée longtemps sans réponse, les lecteurs attentifs de Centre Presse ne manquent pas ! Et parmi eux les collectionneurs d'archives !

L'amie Marie-Christine Chaillou de l'association des Amitiés Généalogiques Canadiennes-Françaises, fidèle abonnée retrouve ses ancêtres en feuilletant son quotidien préféré ! Elle nous apporte de précieux compléments d'information à cette affaire !



  • La filiation des mariés :


    •  René Thénault baptisé le 2 Juillet 1632 à Oyré, fils de "honorable François Thénault et Louise Delavau"



    • Louise Durand baptisée le 21 Aout 1637 à Oyré

  • Les enfants des mariés :
Je les cherchais à Oyré, ils étaient à Chatellerault baptisés, bien avant le mariage de leurs parents !



    • René Thenault baptisé à Chatellerault SJB le 27 Février 1755 , marié à Louise Gauvain le 21 Juillet 1681  à Chatellerault SJB 

  • Les petits enfants de nos tourtereaux : du mariage de  René Thénault et Louise Gauvain nait une petite Marie baptisée à Antoigné le 14 décembre 1682 à Antoigné. 

  • Bref,  la descendance de ce mariage jubilatoire :

René Thenault & Louise Durand ( mariés Oyré )

Marie Thenault & Jean Ropion

Antoine Ropion

Marie Ropion & Louis Crochu

Louis Crochu

Antoine Crochu

Louis Crochu

Louis Crochu

Eugène Crochu

Léonie Crochu & Joseph Germe

Roger Germe


Et cerise sur ce gâteau de mariage jubilatoire une photo de Léonie Crochu leur descendante et arrière grand-mère paternelle de Marie-Christine Chaillou née Germe !



L'affaire est dans l'sac !
 Nous voilà avec une archive insolite résolue et deux généalogiste ravies ! Merci Centre Presse, merci à ses lecteurs et tout particulièrement à Monsieur Augustin qui a pris le temps d'éclairer cette archive ! Le plaisir est là dans ce partage et dans les précisions offertes à ceux qui travaillent sur leurs anciens !

dimanche 2 mars 2014

Revue de Web du dimanche 2 Mars 2014.



On inaugure la boutique ! Espérons que son avenir sera meilleur que la plupart des devantures de nos centre villes ! Pour ceux qui s'ennuient le dimanche : quelques unes de mes lectures archives et généalogie de la semaine !